JULAHA fut envisagée au terme de l’été 2006, lors de la rencontre de Clarisse Beddig avec Himadri Ghosh, qui quittait alors sa fonction au National Institute of Design d’Ahmedabad pour lancer un studio de design et offrir ses services en tant que consultant. Le travail sur le terrain débuta durant le courant de l’été 2007 à Varanasi avec l’évaluation des besoins des tisserands. Les objectifs de JULAHA furent alors définis et part des ressources humaines nécessaires à leur réalisation impliquée.


Suisse

Clarisse Beddig, styliste et entrepreneur, obtient une licence en économie politique à l’Université de Genève, puis étudie la mode à Paris au réputé Studio Berçot. Elle parfait son savoir avec des stages auprès de Thierry Mugler et de Martine Sitbon, et lance sa première ligne à la fin des années 1980 pour s’imposer dans le clubwear créatif par une participation régulière à des salons professionnels internationaux et une diffusion globale. Forte de cette expérience, elle décide de se concentrer sur la lingerie créative haut de gamme. L’originalité de son style, identifiable par un choix de textures rares, et aussi par la qualité de sa production et son attention pour le détail, fait de sa marque une valeur sûre pour des maisons aussi prestigieuses que Barneys, aux Etats-Unis et au Japon, et Harvey Nichols en Grande-Bretagne. Son intérêt pour l’Inde, pays qu’elle découvre dès les années 1980 lors de successifs séjours, l’amène à entreprendre un master en études asiatiques à l’Université de Genève en 2005. Sa passion pour les textiles et le savoir-faire d’exception la conduit naturellement vers le tissage à la main, dont l’Inde reste un bastion sans égal. Sa volonté de contribuer à la pérennité de traditions millénaires tout en garantissant des conditions de vie décentes aux tisserands l'amène à former JULAHA, qu’elle dirige aujourd’hui tout en poursuivant ses activités de consultante mode et textile.

clarisse@julaha.org

Laurence Cuny, spécialiste en droit international, se forme à l’Institut des Hautes Etudes Internationales (HEI) de Genève, où elle enseigne par la suite le droit international public comme assistante. Après des expériences probantes dans la gestion de programmes et dans la communication, respectivement pour une ONG de droits humains (Organisation Mondiale contre la Torture - OMCT) et pour le Bureau du Haut Commissariat des Nations Unies pour les droits de l’Homme, elle exerce aujourd’hui en tant que consultante auprès de cette dernière organisation et aussi pour l’Union européenne, dans le cadre de l’Instrument Européen pour la Démocratie et les Droits de l’Homme (IEDDH), ainsi que pour des ONG de développement et de droits humains. Issue d’une tradition familiale textile lyonnaise et barcelonaise, sa collaboration avec JULAHA est l’occasion de poursuivre celle-ci et de contribuer au renouveau du tissage à la main et au développement du savoir-faire hors du commun des tisserands, notamment rencontrés lors d’un séjour à Varanasi. Laurence Cuny met au service de JULAHA ses compétences en matière de propriété intellectuelle, afin de valoriser et protéger ce patrimoine d’exception.

laurence@julaha.org

Carlo Moï, entrepreneur, débute à l’âge de 16 ans un apprentissage de coiffeur, une tradition familiale depuis cinq générations. Des formations auprès de grands noms de la profession suivent, dont notamment Dessange à Paris, Longueras à Barcelona et Hair Space à New York. Il ouvre son salon de coiffure en nom à Genève en 1984, et participe à de nombreuses émissions télévisuelles et radiophoniques, et manifestations publiques. Il change de dimension en 1986 et initie un espace de deux étages en partenariat familial, incluant une galerie d’art pour toutes les formes d’expression, un coin coiffure et un studio de photographie. Il coiffe et participe activement à l’organisation des expositions et à la gestion du lieu. Peintres, sculpteurs et photographes exposent avec succès, dont Ousmane Guèye (France, Sénégal), et Louise Maisons (France). Il revient à son métier premier en 1998 en tant que free-lance. Depuis toujours intéressé par le monde textile, comme ses origines italiennes pouvaient le suggérer, et aussi interpellé par les questions de société et d’équité, il est aujourd’hui l’interlocuteur commercial de JULAHA.

carlo@julaha.org

Marie-Claire Zaugg interrompt ses études de psychologie pour s’adonner au tissage à la main. Formée par Patti Zopetti, l’une des figures américaines de l’artisanat, elle collabore avec des stylistes haut de gamme pour la réalisation d’une production "sur mesure". Elle est ensuite coordinatrice dans une haute école internationale d'administration (IMEDE), puis assistante de recherche dans le domaine de l’éducation. Elle est aujourd’hui consultante en conseil relationnel, et travaille aussi bénévolement depuis 10 ans pour une organisation humanitaire, ayant pour but l'éradication du travail des enfants en Bolivie par le développement de l’artisanat local et de l’activité agricole. Toujours habitée par sa passion du tissage à la main, elle apporte également un soutien concret à JULAHA par la tenue des comptes de l’association et la promotion de la production des tisserands.

marie-claire@julaha.org